Bien sûr, c’est la solution la plus adaptée. JPME vous accompagne dans votre indépendance énergétique pour vous permettre de consommer l’électricité verte que vous produisez.

En 2004, la consommation électrique moyenne était de 1200 kWh / habitant. Pour un couple avec 2 enfants, cette consommation moyenne se situe entre 2500 et 3100 kWh (hors chauffage).

Grâce aux panneaux solaires JPME, vous économisez 40 à 100 % de votre consommation électrique (hors chauffage) selon votre situation géographique et les caractéristiques de votre installation.

L'électricité photovoltaïque ne produit pas de CO2 mais la production de modules photovoltaïques consomme de l'électricité. En un an, un module photovoltaïque produit plus d'énergie qu'il n'en a été nécessaire pour le fabriquer. Cela représente un vrai bénéfice pour l'environnement.

Ainsi, JPME vous fabrique une solution concrète pour préserver l'environnement.

Les panneaux solaires photovoltaïques peuvent être récupérés par les fabricants spécialisés car ils sont recyclables. Lorsque ceux-ci sont en fin de vie, les matériaux peuvent être utilisés pour la production de nouveaux panneaux solaires par exemple. Les panneaux seront fondus pour séparer les différents composants. Les cellules en silicium pourront être réutilisées dans de nouveaux modules photovoltaïques après purification.

Une installation de panneaux solaires photovoltaïques, à l'inverse des énergies fossiles, n'émet pas de CO2. Inépuisable, disponible universellement et sans nuisances (ni sonores, ni polluantes), c'est aussi une solution pour produire de l'énergie au plus près des lieux de consommation. L'énergie solaire permet par ailleurs d'éviter les pollutions causées par l'enrichissement des matières premières, le transport, l'extraction ou encore par le stockage final des déchets énergétiques.

Notre empreinte écologique mesure notre influence directe sur la nature au travers des ressources naturelles que nous consommons (se nourrir, se déplacer, se loger, gérer nos déchets, etc…). Depuis les années 80, nous consommons plus que ce que la terre peut nous fournir. Nos consommations sont supérieures aux capacités de régénération des écosystèmes terrestres. Le seuil soutenable de production annuelle de CO2est d'environ 500 kg.

Les énergies renouvelables sont des énergies primaires inépuisables à très long terme, car issues directement de phénomènes naturels, réguliers ou constants, liés à l'énergie du soleil, de la terre ou de la gravitation. Les énergies renouvelables sont également plus « propres » (moins d'émissions de CO2, moins de pollution) que les énergies issues de sources fossiles. Les principales énergies renouvelables sont :

  • L'énergie hydroélectrique
  • L'énergie éolienne
  • L'énergie de biomasse
  • L'énergie solaire
  • La géothermie
  • Les énergies marines

Le développement des énergies renouvelables apparaît comme le meilleur moyen de satisfaire les besoins en énergie de la planète, qui pourraient augmenter de 50 % ou plus d'ici 2030, car elles permettent :

  • D'atteindre une plus grande indépendance énergétique.

Aujourd'hui, la France importe la moitié de l'énergie primaire qu'elle consomme pour produire de l'électricité, soit principalement du charbon, du gaz et du pétrole. Ces ressources se raréfient et leur prix augmente. Or, les énergies renouvelables dépendent de ressources abondantes, directement accessibles sur notre territoire : soleil, vent, eau, bois, biomasse, chaleur de la terre. Elles assurent un approvisionnement sûr et maîtrisé sur le long terme.

  • De lutter contre le changement climatique.

Elles évitent d'utiliser des énergies d'origine fossile fortement émettrices en gaz à effet de serre, responsables du changement climatique.

  • De créer des nouvelles filières professionnelles et des emplois.

Le développement des énergies renouvelables entraîne la création d'emplois décentralisés et donc non délocalisables, et favorisent l'émergence de nouvelles filières industrielles et technologiques sur le territoire national : les énergies renouvelables pourraient ainsi représenter d'ici 2020 un marché annuel de 24 milliards d'euros et 125.000 emplois.[1]

L'objectif de la France est de porter à au moins 23 % la consommation d'énergie produite à partir d'énergies renouvelables d'ici 2020. Atteindre cet objectif suppose, en parallèle d'une réduction de la consommation d'énergie de la France, d'augmenter de 20 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) la production annuelle d'énergie renouvelable d'ici 2020, en portant celle-ci à 37 Mtep.

L'atteinte de cet objectif nécessite un développement soutenu de l'ensemble des filières. Il ne s'agit pas de choisir entre les différentes énergies renouvelables, mais de concevoir un plan de développement de chacune de ces énergies.

- Nouvelles obligations pour la construction neuve : respect de la norme « bâtiment basse consommation » (BBC) qui incite à l'utilisation de sources d'énergies renouvelables pour tous les bâtiments publics et du tertiaire en 2010 et pour toutes les nouvelles constructions en 2012.

- Puis, à venir très prochainement, la RT 2020 (Bâtiment à énergie positive), qui obligera tout bâtiment à produire au moins 50 % de sa consommation.

- Outils incitatifs pour la rénovation de l'habitat existant :

  • Le crédit d'impôt « transition énergétique » pour les particuliers qui font l'acquisition d'un matériel de chauffage utilisant des sources d'énergies renouvelables.
  • Des prêts à taux réduit, et notamment l'éco-prêt à taux 0, pour financer l'installation d'équipements de chauffage et d'eau chaude sanitaire, utilisant une source d'énergie renouvelable.
  • La possibilité d'exonération de taxe foncière pour les bâtiments ayant fait l'objet par le propriétaire de certaines dépenses d'équipement utilisant une source d'énergie renouvelable.
  • Une TVA à taux réduit : une TVA à taux réduit de 5,5 %, pour les travaux de rénovation des habitations (principales, secondaires ou mises en location) peut être appliquée aux installations sous certaines conditions.
  • Des tarifs d'achat incitatifs pour l'électricité d'origine renouvelable.

Produire de l'électricité solaire contribue à réduire notre production annuelle de CO2. À titre indicatif, une installation solaire photovoltaïque résidentielle moyenne permet d'économiser jusqu'à 35t de CO2 sur 20 ans, soit l'équivalent des émissions de CO2 de quatre tours du monde en voiture. Pour une installation classique, une dizaine de grammes par an de matière hautement radioactive à longue vie est évitée.

La surface active d'un panneau solaire dépend de la technologie de conversion photovoltaïque considérée. En règle générale, les modules au silicium amorphe et autres technologies à base de couches minces présentent des rendements surfaciques* (50 à 110 Wc/m2) inférieurs aux modules à base de silicium cristallin (100 à 135 Wc/m2). C'est pour cette raison que les systèmes produits par JPME intègrent exclusivement des modules au silicium cristallin qui présentent aussi l'avantage d'une plus grande longévité. À titre indicatif, on estime que 1 kWc représente en moyenne une surface d'encombrement de l'ordre de 10 m2 (de 8 à 12 m2 suivant l'intégration envisagée).

* : les rendements surfaciques indiqués sont relatifs aux modules issus de technologies industrielles, il est possible d'atteindre des rendements surfaciques supérieurs à 200 Wc/m2 pour des modules à base de technologies issues de laboratoires. Ces types de modules ne sont que très peu disponibles et le rapport de prix €/Wc ne justifie pas une utilisation à grande échelle à cette étape du développement.

Deux types d'installation sont possibles :

  • intégration simplifiée au bâti : les modules solaires photovoltaïques sont simplement fixés sur un bac acier ou alu. Le panneau ne fait donc pas l'étanchéité.
  • intégration totale au bâti : les modules solaires photovoltaïques font l'étanchéité du bâtiment (intégré en toiture, brise soleil, façade, verrière, garde-corps, allège…).

Les tarifs d'achat sont spécifiques à chaque type d'installation.

Le courant créé par votre installation solaire est injecté dans le réseau public grâce à l'installation d'un compteur supplémentaire. Si l'installation dispose encore d'un emplacement libre, il est possible d'utiliser celui-ci pour le nouveau compteur, après en avoir convenu avec le fournisseur d'électricité. Dans les autres cas, une petite armoire de compteur supplémentaire peut être montée.

En général, presque tous les bâtiments conviennent au montage d'une installation solaire. L'installation solaire photovoltaïque nécessite une surface de montage sur le toit ou en façade, orientée vers le Sud, l'Est ou l'Ouest. Une surface de montage orientée vers le Sud, avec une inclinaison de 30°, permet d'obtenir un rendement optimal. Un décalage vers le Sud-est/Sud-ouest, ou une inclinaison entre 25° et 60°, ne diminue que légèrement le rendement énergétique de la lumière. Il faut cependant éviter les surfaces recevant les ombres jetées par les arbres, les maisons voisines ou une cheminée (qu'on peut aussi appeler ombre portée).

Quelque soit la région de France où vous habitez, il est intéressant d'avoir une installation solaire. Une même installation produira seulement un peu moins d'énergie solaire au Nord de la France que dans le Sud car la production annuelle dépend de l'ensoleillement. Pour exemple, l'Allemagne avec ses 200 000 installations de clients particuliers confirme l'intérêt du photovoltaïque pour des zones de moindre ensoleillement.

Oui, JPME vous conseille fortement d'opter pour cette solution qui favorise l'esthétique des bâtiments et vous permet de bénéficier du tarif d'achat de l'électricité solaire le plus attractif. Les panneaux solaires sont montés directement sur une charpente, en lieu et place de la couverture (tuiles, bac acier, zinc…) selon une procédure de mise en place vous garantissant une étanchéité parfaite de votre toiture.

Non, car dans notre pays, ce sont les précipitations qui se chargent du nettoyage nécessaire au bon fonctionnement. Il existe cependant des régions soumises à de fortes pollutions atmosphériques (complexes industriels), où un nettoyage des capteurs solaires à des intervalles éloignés peut s'avérer nécessaire.

Oui, toute ombre portée impacte le rendement de l'installation photovoltaïque. Il faut donc vérifier qu'aucun câble électrique, poteau, végétation ou encore cheminée ne vienne gêner la lumière du soleil.

Grâce au suivi de production de votre installation, JPME vous alertera pour toute chute anormale de votre production électrique.

Un onduleur permet de normaliser l'électricité solaire produite. Il transforme le courant continu produit par les modules solaires photovoltaïques en courant alternatif qui peut ensuite être réinjecté sur le réseau de distribution électrique.

Les panneaux solaires photovoltaïques produisent silencieusement une énergie propre sans aucune émission de CO2. Les modules composés de cellules photovoltaïques installés par JPME permettent la transformation du rayonnement solaire en électricité. Ces cellules sont essentiellement composées de silicium, un matériau semi-conducteur issu de la transformation de la silice (sable), un constituant inépuisable et abondant (28 % de l'écorce terrestre). Principalement montés sur les toitures et sur les terrasses des bâtiments, les panneaux solaires photovoltaïques peuvent aussi être montés en façade ou encore au sol pour les systèmes de forte puissance. 

Lorsque les photons (particules composant le rayonnement solaire) rencontrent la surface d'une cellule photovoltaïque, ils transmettent leur énergie aux électrons de cette dernière. En se déplaçant, ces électrons créent un courant électrique continu qui est ensuite transformé par un onduleur en courant alternatif afin d'être réinjecté dans le réseau de distribution.

L'électricité photovoltaïque est l'électricité produite à partir de l'énergie solaire par l'intermédiaire de modules photovoltaïques. Lorsque les photons (particules composant le rayonnement solaire) rencontrent la surface d'une cellule photovoltaïque, ils transmettent leur énergie aux électrons de cette dernière qui, en se déplaçant, créent un courant électrique continu qui sera ensuite transformé en courant alternatif par l'onduleur afin d'être réinjecté dans le réseau de distribution.

Le Watt crête définit la puissance de production photovoltaïque d'un module avec une température de 25°C sous un rayonnement solaire de 1 kW/m2 (ensoleillement reçu à midi sur une surface perpendiculaire au soleil).

1 Watt crête délivre une puissance électrique de 1 Watt sous un ensoleillement de 1 kW/m2.

Nous traitons en direct usine pour les panneaux solaires photovoltaïques. Son expérience industrielle vous garantie des prix compétitifs pour votre installation et des solutions techniques optimales.

Nous vous accompagnons pour la mise en service de la meilleure solution photovoltaïque à la suite de l'étude personnalisée de votre situation.

Le taux d'un rendement d'un panneau solaire photovoltaïque indique le rapport entre la puissance fournie et la puissance du rayonnement capté par un panneau solaire et cela en fonction de sa surface.

Le poids d'un module solaire photovoltaïque dépend du type d'encapsulation des cellules. Il existe principalement deux types d'encapsulation : les modules bi-verre (les cellules sont encapsulées entre deux feuilles de verre) et les modules verre-tedlar (les cellules sont encapsulées entre une feuille de verre en face avant et une feuille de tedlar* en face arrière). Les modules bi-verre sont généralement utilisés dans des applications de verrières photovoltaïques afin d'obtenir une pseudo transparence des parois, ils sont environ deux fois plus lourds que les modules verre-tedlar.

Les systèmes produits par JPME intègrent exclusivement des modules verre-tedlar dont le poids varie entre 7 et 20 kg suivant la puissance unitaire du module, soit 10 à 12 kg par m² de photopiles (hors dispositif de fixation). Cela diffère peu du poids des tuiles classiques ce qui ne représente donc aucun risque pour la structure d'un toit.

La productivité d'une installation solaire photovoltaïque dépend de plusieurs facteurs :

  • l'orientation du toit ou de l'installation solaire,
  • l'inclinaison de l'installation,
  • la présence ou non d'ombres portées,
  • les valeurs locales de rayonnement,
  • les conditions météorologiques.

Selon les régions, une installation solaire photovoltaïque produit en France de 700 à 1300 kWh par an pour chaque kWc de puissance installée.

Il n'est pas indispensable que le soleil soit visible pour qu'un panneau solaire photovoltaïque fonctionne. Le rayonnement diffus provenant des nuages est aussi utilisé pour produire de l'électricité solaire. Le rendement du panneau est proportionnel à la luminosité extérieure perçue.

Nous vous conseillons d'opter pour une assurance. JPME peut vous accompagner dans la démarche selon le contrat souscrit.

Les installations photovoltaïques ne nécessitent en général que peu de maintenance. Elles ne contiennent pas de pièces mobiles, de paliers ou autres composants fragiles. Il est cependant recommandé de vérifier la justesse des valeurs de rendement en contrôlant régulièrement le compteur du courant solaire injecté ou en dressant un bilan à l'aide d'un ordinateur/enregistreur de données, pour détecter le plus tôt possible les éventuelles pannes de l'installation.

Selon la loi de finance rectificative pour 2008 (article 35 ter du code général des impôts) : Les personnes physiques qui vendent de l'électricité produite à partir d'installations photovoltaïques d'une puissance n'excédant pas 9 kWc sont exonérées de l'impôt sur le revenus sur le produit de cette vente. Cette loi s'applique à compter de l'imposition des revenus de l'année 2008.

Avant chaque déclaration, JPME vous accompagnera dans vos démarches et vous transmettra notamment le montant de vos revenus solaires à déclarer.

JPME effectue un suivi quotidien des performances de votre installation et est automatiquement alerté en cas de panne grâce au système de télésurveillance.

En fonction de l'offre souscrite, JPME :

  • Intervient dans les plus brefs délais pour vous dépanner,
  • Remplace votre onduleur gratuitement une fois sur une période de 20 ans,
  • Procède à une visite de contrôle et de maintenance de votre installation tous les 3 ans afin de vous garantir un rendement optimum de votre installation.

NB : Une panne de production d'électricité n'a pas d'incidence sur votre alimentation électrique.

Les panneaux photovoltaïques commercialisés par JPME sont garantis 30 ans à 82 % et ont une durée de vie entre 40 ans et 60 ans.

Les formalités administratives sont nombreuses, longues et complexes. C'est pourquoi JPME se charge pour vous de l'ensemble de ces démarches pour une mise en service simplifiée de votre installation :

  • déclaration de travaux auprès de la mairie,
  • obtention auprès de la DRIRE du certificat nécessaire à l'ouverture de l'obligation d'achat par EDF du courant électrique produit,
  • obtention auprès de la DIDEME de la déclaration d'exploiter,
  • obtention auprès d'EDF du contrat de raccordement (ARD : Agence Réseau de Distribution),
  • obtention auprès d'EDF du contrat d'achat (AOA : Agence d'Obligation d'Achat),
  • formalités d'assurance (selon contrat souscrit, un service spécifique vous garantissant le matériel et les pertes d'exploitation),
  • notification de mise en service de votre installation.

JPME vous accompagne tout au long de la vie de votre installation.

Les panneaux solaires n'attirent en aucun cas la foudre. Néanmoins, si un coup de foudre venait s'abattre sur votre bâtiment, cela pourrait provoquer la destruction de votre installation solaire. L'onduleur protège l'installation contre les surtensions qui peuvent être provoquées par un coup de foudre s'abattant à proximité.

Selon le contrat souscrit, JPME garantit votre matériel et votre perte d'exploitation éventuelle.

Le crédit d'impôt n'est plus valable pour le photovoltaïque, mais il a été remplacé par la possibilité fiscale d'une récupération de TVA par le biais d'une immatriculation en BIC non professionnel.

Depuis le 1er septembre 2014, le coût d'acquisition de certains équipements peut être réduit grâce à un Crédit d'Impôt Transition Énergétique (CITE) de 30% des dépenses engagées pour la réalisation de travaux d'économie d'énergie.

Les équipements concernés sont :

  • l'acquisition et la pose de matériaux d'isolation thermique des parois opaques,
  • les équipements de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire (ECS),
  • les équipements de production d'eau chaude sanitaire (ECS) à l'énergie solaire (dont l'aérovoltaïque ou le solaire thermique),
  • les pompes à chaleur air-eau pour la production de chaleur ou d'eau chaude sanitaire.

Oui, JPME peut spécifiquement négocier pour vous des financements attractifs et innovants auprès de ses partenaires bancaires.

Grâce à notre montage financier, l'installation ne vous coûte rien. L'installation photovoltaïque est donc gratuite pour vous, s'amortie automatiquement grâce aux reventes EDF, et vous génère un bénéfice. En résumé, nous vous installons, vous ne payez rien, et vous obtenez un bénéfice intéressant.

Oui, si vous n'êtes pas imposable vous recevrez un chèque du trésor public, d'un montant équivalent au crédit d'impôt auquel vous avez droit.

C'est la DRIRE (Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement).

Cette déclaration fait partie des démarches administratives dont JPME s'occupe pour vous.

Les Conseils Régionaux et Généraux, voire même certaines communes, apportent des aides plus ou moins conséquentes pour les installations solaires. Attention, ces aides ont été allégées suite à l'évolution récente des tarifs d'achat. Par ailleurs, l'ANAH peut aussi aider les particuliers aux revenus les plus modestes au cas par cas.

Tout d'abord, vous bénéficiez d'une TVA réduite à 10 % sur les chauffes-eau thermodynamiques et l'éolienne, ainsi qu'une TVA réduite à 5,5 % sur les systèmes solaires aérovoltaïques.

D'autre part, vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt de 30 % sur l'acquisition et la pose de matériaux d'isolation thermique des parois opaques, les équipements de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire (ECS), les équipements de production d'eau chaude sanitaire (ECS) à l'énergie solaire (dont l'aérovoltaïque ou le solaire thermique), les pompes à chaleur air/eau.

De plus, l'Etat vous propose une Prime Rénovation de soit 1350 € ou 3000 €, selon votre situation, sur l'installation d'une pompe à chaleur air/eau, les travaux d'isolation des parois opaques, l'installation d'un ballon thermodynamique.

Vous pouvez également obtenir un éco-prêt à taux zéro sur les pompes à chaleur air/air et les pompes à chaleur air/eau.

La majorité des bâtiments peut recevoir une installation solaire photovoltaïque. Il est nécessaire pour cela de disposer d'une surface de montage sur le toit, orientée vers le Sud, mais aussi vers l'Est ou l'Ouest. Cette surface ne doit pas être ombragée (arbres, maison voisine, cheminée). 
Une inclinaison de 30° du toit et une orientation vers le Sud apportent un rendement optimal. Cependant, une inclinaison de 25° à 60° ou un toit orienté Sud-est ou Sud-ouest apportent également de très bons rendements.

Bien que le rendement d’un panneau photovoltaïque soit plus élevé par temps ensoleillé, il produit toujours de l’électricité même si le ciel est couvert ou pluvieux car les rayons du soleil passent à travers les nuages. En fait, l’énergie est produite grâce à la lumière du soleil, il n’y a donc que lorsqu’il fait nuit que le panneau ne fonctionne pas.

Tous les équipements nécessitant de l’électricité pour fonctionner peuvent être alimentés par des panneaux photovoltaïques. Une installation photovoltaïque doit être dimensionnée de façon à alimenter les équipements en fonction des usages de chacun.
Grâce aux solutions mises en place par JPME, vous pouvez piloter à distance vos équipements.

Habituellement, les panneaux solaires sont très bien protégés contre la grêle. Le verre spécial utilisé sur les panneaux solaires est trempé et le panneau solaire est testé au moyen de jets de boules de glace. Ces tests, qui répondent à la norme IEC, sont effectués avec des boules de glace d'un diamètre compris entre 1,25 et 0,75 cm, la vitesse d'impact s'élève à 140 km/h maximum. Autant dire que la probabilité de destruction des panneaux solaires par la grêle est relativement faible.

Besoin de renseignements supplémentaires

Un conseiller répond à toutes vos questions

Je préfère qu'un conseiller me rappelle